Depuis le début du débat parlementaire sur les retraites, les député.e.s socialistes ont fait preuve d'une opposition résolue et utile à la bonne compréhension d’un projet injuste. Avec leurs 700 amendements, ils ont argumenté pied à pied pour faire apparaître les zones d'ombre et les régressions de ce projet.

Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a été parmi les premiers responsables politiques à mettre en garde le gouvernement contre l'utilisation de l’article 49.3 pour faire taire l'opposition du pays à son projet de réforme des retraites.

Nous apprenons aujourd'hui avec stupéfaction que le président de la République a utilisé un Conseil des ministres extraordinaire, prévu pour lutter contre le coronavirus, pour autoriser le Premier ministre à déclencher le 49.3. Une telle dissimulation est inacceptable.

Quelle urgence y a-t-il à voter un texte dont personne ne connaît le financement et qui n'a pas vocation à s'appliquer avant 2022 ?

Lundi dernier, Olivier Faure, le premier, a demandé au Premier ministre d'agir dans le sens de l'unité de la Nation, de rassembler les Françaises et les Français au moment où le pays doit faire face à ce qui se présente de plus en plus comme une grave épidémie, voire une pandémie. En utilisant le 49.3, le Premier ministre choisit au contraire d'alimenter les ferments de la division. C'est irresponsable.

Jamais un gouvernement, sous la Cinquième République, n'avait fait preuve d'un tel cynisme. Utiliser la peur pour rogner sur la démocratie marque un tournant inquiétant.

Le Parti socialiste appelle le gouvernement à retrouver la voie de la raison et le sens de l’État. Il déposera une motion de censure dans les prochaines heures avec l'ensemble des forces de gauche.

Au-delà, puisque le gouvernement n’a voulu entendre ni les syndicats, ni les organisations professionnelles, ni les manifestants, et qu'il interdit le débat parlementaire, nous appelons les Françaises et les Français à faire usage de leur bulletin de vote les 15 et 22 mars prochains pour faire entendre leur voix.

49.3 | Lire la motion de censure

Les députés socialistes, aux côtés de leurs collègues du PCF et de la France insoumise ont déposé une motion de censure. Vous pouvez la retrouver ICI.

Réforme des retraites  mesuresPMdecryptées Page 01Le 22 janvier 2018, le président de la République proclamait à propos de la réforme de la protection
sociale : « Je refuse ce que j’appelle “les réformes paramétriques” », les approches comptables qui
rognent des droits sans offrir de nouvelles perspectives. (…) [il faut] sortir de cet état de crise
perpétuel où chaque réforme des retraites est, en quelque sorte, une modification de dernière minute,
nécessaire et toujours justifiée en termes de finances publiques, mais qui endommage la confiance et
qui ne change pas les règles fondamentales de son fonctionnement. »
Mais ça, c’était avant…
 
L'intégralité des commentaires sur le fichier PDF ci-contre.

Réforme des retraites : «Il est temps de tout reprendre, d’ouvrir une vraie négociation»

Par Rachid Laïreche — 22 décembre 2019 à 19:41

  • Olivier Faure (au centre), lors de la manifestation du 5 décembre, à Paris. (Photo Marc Chaumeil)

Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, s’oppose au projet, qui soigne les super-riches et rend vulnérable les pensions à la conjoncture économique. Pour lui, il est inacceptable que les simulateurs permettant de comparer les deux systèmes ne soient disponibles qu’après la présentation de la loi.

Terminé, le temps de l’opposition à pas de loup. Le PS ne se cache plus pour afficher ses différends avec le gouvernement. Le projet de réforme des retraites le prouve une nouvelle fois. Les socialistes défilent dans la rue au milieu des autres familles de gauche. Quelques jours avant Noël, alors que la situation est toujours bloquée, le premier secrétaire du parti, Olivier Faure, appelle le gouvernement à retirer son texte et à «tout reprendre» à partir de données fiables.

RÉFORME DES RETRAITES - NOS QUATRE LIGNES ROUGES

Le 17 décembre, comme le 5 et le 10 décembre, nous étions aux côtés des Français et de l’ensemble des forces syndicales mobilisées contre cette réforme des retraites du gouvernement.